Aller au contenu

DIY : comment protéger vos créations en bois ?

Nombreuses sont les raisons qui peuvent vous inciter à choisir le bois pour vos projets de création ou de construction. D’abord, ce matériau fait preuve d’une grande polyvalence. En effet, il est en mesure de s’adapter à tous les styles de décoration et à toutes les pièces d’une maison. Il est notamment susceptible d’être utilisé pour aménager un salon, une salle à manger, une chambre ou une cuisine. De plus, il est disponible en une large gamme de modèles et peut se conserver pendant plusieurs années. Néanmoins, des mesures de prévention sont à prendre afin de garantir la durabilité des meubles en bois. Par conséquent, quelles astuces adopter pour protéger vos créations ?

Quel type de bois voulez-vous protéger ?

Il existe différentes manières de protéger efficacement un ouvrage en bois. Par exemple, vous pouvez opter pour le traitement hydrofuge consistant à envelopper le bois avec un produit scellant. Celui-ci a pour objectif d’éviter la prolifération des champignons et d’autres parasites. Vous avez également la possibilité de vous tourner vers le nettoyage fréquent. En débarrassant régulièrement votre création des saletés et des poussières, vous limitez systématiquement la formation de champignons. Cependant, vous devez rester vigilant sur le choix du produit à employer, car la plupart d’entre eux sont nocifs pour l’environnement.

L’idéal est d’utiliser de la cire de protection pour bois afin d’augmenter la durabilité et la résistance de vos créations aux différentes conditions climatiques. Néanmoins, avant de consulter les différentes offres disponibles sur le marché, vous devez comprendre que la durabilité d’un ouvrage en bois dépend principalement de l’essence utilisée. Si certains types de bois résistent avec succès aux attaques des agents biologiques d’altération (champignons et insectes), d’autres y sont beaucoup plus sensibles. Notons par exemple que le chêne démontre une robustesse à toute épreuve, alors que l’épicéa se caractérise par une fragilité accrue.

Afin de vous aider à prendre la meilleure décision, soulignons que les principales essences de bois sont : les « résineux », les « exotiques » et les « feuillus ». Les bois composites, eux, sont des matériaux hybrides formés principalement de plastiques et de fibres végétales (farine de bois). Ils sont à différencier des vrais bois.

bois cire protection

Les bois résineux

Sont catégorisés parmi les bois résineux tous ceux issus de conifères tels que le pin, le sapin, le mélèze, le douglas et l’épicéa. Ils sont particulièrement appréciés pour leurs teintes claires, leurs grains fins et leur facilité à être travaillés. Ils proviennent principalement des forêts françaises et européennes. De nombreux artisans y ont recours pour fabriquer des meubles d’intérieur et des objets de décoration. Les bois résineux peuvent également être utilisés dans le domaine de la construction, notamment dans les ossatures et les charpentes. Cependant, ils doivent subir des traitements spéciaux afin de résister efficacement aux conditions extérieures (intempéries et insectes). De même, ils nécessitent un entretien et un nettoyage réguliers.

Les bois exotiques

D’une manière générale, les bois exotiques se distinguent par la richesse de leur palette de couleurs et par leurs provenances variées. En effet, ils sont majoritairement issus des forêts d’Amérique du Sud, d’Afrique, d’Asie et d’Océanie. Faisant preuve d’une grande résistance à l’humidité et aux intempéries, ils peuvent parfaitement être utilisés dans la construction de terrasses, de lambourdes et de bardages. Ils ne requièrent que très peu d’entretien et de traitements préventifs. Sont catégorisés parmi les bois exotiques : l’ipé, le teck, le jatoba, le wengé, le padouk et l’itauba. Étant donné qu’ils sont considérés comme des matériaux nobles et haut de gamme, leur coût est souvent onéreux.

Les bois feuillus

Les bois feuillus sont fortement présents dans les forêts françaises. En plus d’être résistants et abordables, ils vous permettent d’entreprendre une démarche beaucoup plus écoresponsable. Leur impact environnemental est moins significatif que celui généré par les bois exotiques en termes de transport et de déforestation. Dans la majorité des cas, les bois feuillus tels que le chêne, l’érable, le châtaignier et le hêtre sont utilisés dans la fabrication de pièces de mobilier d’intérieur. Ils sont notamment employés en menuiserie et dans la formation des planches de parquet. Avec les traitements adéquats, ils sont en mesure de servir à la construction d’infrastructures d’extérieur.

Les bois composites

Le bois composite est un matériau hybride présentant l’avantage d’être plus solide et moins exigeant en matière d’entretien. Il se compose généralement de matières plastiques, de fibres végétales, de pigments pour la couleur, de substances antifongiques et d’une charge minérale. Même s’il ressemble vaguement au vrai bois, il ne donnera jamais les mêmes aspects. D’ailleurs, il coûte plus cher que le bois résineux.

Comment choisir la cire de protection à appliquer sur une construction en bois ?

Réservé exclusivement à un usage en intérieur, votre choix de cire de protection doit dépendre du rendu que vous souhaitez obtenir. Voici les principales options qui s’offrent à vous.

  • La cire d’abeille : elle possède une texture molle et donne un résultat satiné. Elle présente l’avantage de combler tous les micro-espaces et « nourrit » bien le bois.
  • La cire de carnauba : elle est issue d’un palmier dénommé le « copernicia prunifera ». Disposant d’une texture dure et cassante, elle arbore généralement la couleur jaune ou brune. Elle favorise la brillance et la résistance des créations en bois en rendant leur surface imperméable à l’eau. Elle les protège également des salissures.
  • La cire de candelilla : elle est d’origine végétale. De couleur jaune à « café au lait », elle possède une texture similaire à celle de la cire de carnauba. Son point fort réside dans sa facilité d’application et d’entretien. Ce produit peut être mélangé avec d’autres afin d’optimiser la brillance ou la résistance de la création.
  • La cire de gomme-laque : elle dispose d’une texture particulièrement dure. Sa couleur dépend principalement de sa pureté : de gris jaune à rouge brun.
  • La cire microcristalline : elle est tirée du raffinage du pétrole. De couleur blanche, elle ne peut être utilisée seule. Sa texture est dure et cassante, comme celle de la cire de candelilla et de carnauba.

L’application de la cire est idéale pour les parquets, les escaliers, les meubles et les boiseries. Ce genre de produit permet de sublimer l’aspect noble du bois et de raviver ses couleurs d’origine.

protection bois entretien cire

Comment appliquer correctement la cire pour une protection renforcée ?

Il est relativement facile d’appliquer de la cire sur un ouvrage en bois. Il vous suffit de disposer d’un chiffon (si le produit est pâteux) ou d’un pinceau (si le produit est liquide). La présence d’une brosse (en soie, en fibre végétale ou en plume d’oie) est également nécessaire pour le lustrage. La première étape consiste à préparer la surface à cirer en la nettoyant avec de l’acétone ou de l’essence de térébenthine. Vous pouvez également la décaper ou la poncer si nécessaire. De même, assurez-vous que la pièce soit aérée afin d’éviter que les vapeurs d’essence ne s’y concentrent.

Maintenant que votre bois est remis à nu, sec, dépoussiéré, propre et exempt de traces d’anciennes finitions, appliquez la première couche de cire. Afin d’obtenir de meilleurs résultats, nous vous conseillons d’opter pour plusieurs couches fines plutôt que pour une seule couche épaisse. Répartissez bien le produit à l’aide de mouvements circulaires et en suivant le sens des fibres du bois. Ensuite, patientez au moins une heure avant de passer au lustrage. Renouvelez cette expérience jusqu’à ce que vous obteniez le résultat souhaité. Pour une patine particulièrement brillante, une troisième couche s’avère généralement nécessaire.

En ce qui concerne le lustrage, vous devez d’abord passer la brosse dans le but d’éliminer les excédents de cire. Ensuite, vous pouvez le polir avec un chiffon très doux si vous souhaitez optimiser la brillance. Dans cette optique, évitez de frotter trop vigoureusement afin de minimiser le risque d’y laisser des traces.

Pourquoi est-il important de protéger vos créations en bois ?

La protection des créations en bois est utile pour faciliter leur nettoyage, améliorer leur durabilité et préserver leur beauté. D’ailleurs, il faut garder à l’esprit que le bois est un matériau naturellement perméable, ce qui signifie qu’il est sensible à l’humidité. Cette dernière est susceptible de le faire gonfler si elle est présente en trop grande quantité. Elle peut également provoquer la formation de taches ou de coulures fâcheuses si elle provient de liquides huileux ou colorés. Les installations en bois en extérieur, elles, sont exposées à de multiples agressions incluant :

  • les attaques fongiques provenant des champignons lignivores et lignicoles,
  • les attaques d’insectes xylophages regroupant les termites, les vrillettes ou les capricornes,
  • les attaques climatiques causées par la chaleur, le froid, l’humidité et la pollution.

Si vous tenez à ce que votre création en bois soit en bon état le plus longtemps possible, vous êtes obligé de la traiter de manière adéquate. Outre le cirage, vous avez également la possibilité de choisir le vernissage ou l’huilage.

Comment savoir si votre projet a besoin d’une plus grande protection ?

Si l’essence de bois que vous comptez utiliser manque de solidité en raison de sa nature, votre création aura certainement besoin d’une plus grande protection. Tel est notamment le cas des meubles en épicéa, en érable sycomore, en framiré et en frêne. Ceux qui sont conçus en hévéa, en hêtre, en acacia mangium, en ayous et en bahia sont aussi concernés. C’est pourquoi il est conseillé de refaire le cirage d’un support une fois par an.

Néanmoins, vous avez le droit de réappliquer votre produit dès que vous remarquez que les effets de la précédente opération se sont estompés. Dans tous les cas, n’oubliez pas de nettoyer régulièrement votre création afin de conserver son état. Dans cette optique, il vous suffit d’utiliser un peu d’eau, un savon et un chiffon (ou une brosse) doux.