Aller au contenu
l'épaisseur minimum pour une isolation extérieure

Quelle est l’épaisseur minimum pour une isolation extérieure ?

Rénovation ou construction de nouvelle maison, la question d’économie d’énergie est à la base de l’isolation. Elle a pour vocation de réduire les pertes de chaleur dans l’habitation. Il existe deux manières de couvrir sa maison, l’ITI par l’intérieur et l’ITE par l’extérieur.

Pour une isolation efficace, il est primordial de bien choisir le matériau avec la bonne épaisseur. Découvrez dans cet article l’épaisseur minimum à employer, dans le cadre d’une ITE.

L’épaisseur minimum selon le type d’isolant

Tout dépend de la surface à isoler, du type de matériau, de sa conductivité thermique, soit la quantité de chaleur qui le traverse, et de sa résistance thermique ou sa capacité à résister aux variations de chaleur.

Sans oublier que l’ITE donnera un coup de jeune à votre maison, si vous pouvez le faire vous-même, le confier à des professionnels, comme Uniso Isolation serait plus favorable. Sachant que l’ITE est encadrée par une réglementation, pour atteindre l’objectif de basse consommation d’énergie.

Pour faire simple, voici l’épaisseur à tenir en compte par type d’isolant selon la surface que vous voulez isoler.

La toiture : évacue 30 % des chaleurs de la maison.

  • Laine minérale : 27 cm pour le comble aménagé, et 18 cm pour le comble perdu.
  • Polyuréthane : 17 cm et 12 cm.
  • Ouate de cellulose : 30 cm et 20 cm.

Les murs : font perdre 20 % des chaleurs de l’habitation.

  • Laine minérale : 14 cm avec la nécessité de plaques résistants à l’eau et à l’humidité.
  • Polystyrène : 12 cm à 14 cm.
  • Ouate de cellulose : 15 cm.
  • Mousse résolique : 9 cm.

Les différents types d’isolants, leurs avantages et inconvénients

Les différents types d’isolants

Les isolants minéraux :

Fabriqués à base de minéraux dans le sable, la roche volcanique et le verre ont une bonne performance thermique et acoustique. Ils sont durables et certains sont résistants au feu.

Par contre, la plupart des isolants minéraux sont sensibles à l’humidité, d’où la nécessité d’un pare-vapeur. Aussi, leur fabrication consomme beaucoup d’énergie, et la mise en œuvre étant assez difficile à cause des poussières. Encore faut-il faire appel à une intervention d’un expert.

  • Les laines minérales : la laine de verre et de roche.
  • Les isolants minéraux : la vermiculite, la perlite et le verre cellulaire.

Les isolants synthétiques

Fabriqués à partir de composants pétrochimiques alliés avec de l’eau ou du gaz. Ils sont connus pour leur excellente qualité thermique, leur bonne résistance et la praticité de leur installation. Leurs inconvénients se situent dans ses substances nocives, et leur caractère non recyclable en cas d’incendie.

  • Le polyuréthane.
  • La mousse résolique/phénolique.
  • Le polystyrène expansé (PSE), et extrudé (XPS).

Les isolants naturels

Aussi appelés écologiques ou biosourcés, ils sont fabriqués à partir des matières naturelles. Ils ont autant de performances thermiques qu’acoustiques. Ils sont bénéfiques pour la santé et l’environnement.

Cependant, ils se trouvent plus chers par rapport aux autres isolants, et pour certains, il faut un traitement supplémentaire pour leur protéger du feu.

  • D’origine végétale : la laine de chanvre, de coton, et le liège.
  • D’origine animale : la laine de mouton, la plume de canard.
  • La ouate de cellulose est faite à partir de papier de journaux, et de sel de bore.

L’épaisseur minimum de l’isolation par l’extérieur peut varier en fonction du type d’isolant choisi et de la surface à travailler. Vous avez le large choix entre l’isolant minéral, synthétique et écologique. Faites appel à des professionnels pour diagnostiquer le terrain, vous donner les conseils adaptés, et surtout pour travailler sur la mise en œuvre de l’isolation de votre habitat.