agrandissement-habitat-bois

Extension maison :  le guide complet pour agrandir sa maison

Si vous vous sentez à l’étroit dans votre maison, ou que vous souhaitez simplement rajouter une nouvelle pièce, vous avez le choix entre déménager pour une plus grande demeure, ou effectuer une extension de votre maison. Agrandir sa maison est de plus en plus plébiscité par les propriétaires cherchant à augmenter leur surface habitable, tout en ajoutant de la plus-value à leur bien.

Les prix au m2 sont toujours moins chers lorsque l’on possède déjà le bien. C’est pourquoi le projet d’extension de maison est très intéressant aux yeux des propriétaires. Ce projet permet de donner un coup de jeune, mais aussi d’optimiser ses performances énergétiques de sa demeure si nécessaire.

Si vous êtes perdu dans toutes les techniques d’extensions, les matériaux à choisir ou encore le budget à allouer, cet article vous éclairera sur ces différents sujets, et vous apportera les connaissances nécessaires pour passer à l’action.

4 types d’extensions de maison

Il existe différents types d’extensions de maison. En fonction de la surface de terrains qui vous est disponible, des lois qui régissent votre maison, ou plus simplement de vos envies, il est nécessaire de savoir ce qui sera le plus optimal pour vous.

Extension maison verticale : la surélévation

Très utile si vous ne possédez pas de surface au sol supplémentaire, l’extension de maison verticale, communément appelée surélévation, permet de créer de un agrandissement sans impacter votre terrain.

Très souvent mise en place dans les environnements concentrés tels que les villes, cette technique a de nombreux points forts. La possibilité d’agrandir la totalité de la surface du toit, ou partiellement en fait partie. Attention à tout de même faire réaliser ces travaux par des professionnels. La surélévation est projet très complexe qui peut aboutir à différents problèmes si la réalisation est médiocre.

Extension maison horizontale : l’augmentation de la façade

La méthode d’augmentation d’espace de vie la plus répandue est certainement l’extension de maison horizontale.

Nous vous conseillons de choisir ce type d’extension si vous possédez un terrain avec une grande surface au sol. En effet, elle est très populaire dans les espaces ruraux, et fait la joie des personnes âgées ne voulant pas d’étage dû aux escaliers.

La plupart du temps, l’extension horizontale est réalisée dans l’allongement de la maison comme dans le cas d’une véranda, mais celle-ci peut aussi prendre une forme angulaire.

Extension séparée maison : la dépendance

Il ne s’agit pas réellement d’une extension, puisque le but d’une dépendance est justement de construire un second bâtiment sur votre parcelle, qui ne sera pas collé à votre maison.

C’est un choix judicieux si vous avez besoin d’un espace de calme, ou à l’écart de la maison. Les principales raisons de construction de dépendances sont la création d’un bureau, d’un atelier (musique, art…), et de plus en plus d’un studio à louer.

Extension maison par excavation : l’aménagement d’un sous-sol

Contrairement à la surélévation, il est question d’aller chercher sous le sol pour l’extension par excavation. Ce type d’extension à pour but d’ajouter du volume à la maison, sans changer la surface au sol.

Que ce soit pour mettre en place une salle de cinéma, un bureau, ou tout ce dont vous avez besoin, l’aménagement d’un sous-sol créé des espaces originaux, possédant une très bonne acoustique. Seulement, il faut faire attention à l’humidité et au manque de ventilation qui peuvent créer de mauvaises surprises.

extension-maison-travaux

Quel budget pour une extension de maison ?

Ces différentes techniques d’extensions possèdent toutes des avantages et des inconvénients. Mais elles ont aussi une différence majeure : leur prix.

  • Prix d’une dépendance : La construction d’une dépendance est le type d’extension le plus abordable. Les travaux se faisant sans les contraintes de la maison, il est plus simple de la construire. La fourchette de prix se situe entre 1000€ et 3000€ le m2.
  • Prix d’une extension horizontale : Possédant en partie le même avantage que la dépendance, l’extension horizontale permet de construire sur une surface intacte, donc de ne pas travailler sur des bases pouvant être gênantes. Seulement, il faut tout de même être rattaché à la maison, ce qui justifie un prix plus élevé. Comptez entre 1500€ et 2800€ par m2.
  • Prix d’une surélévation : La surélévation est une technique plus méticuleuse que les deux précédentes. En effet, il faut prendre en compte les contraintes de la demeure, et travailler sur la hauteur. C’est pourquoi les devis se trouvent entre 1500€ et 3200€ par m2.
  • Prix de l’aménagement d’un sous-sol : Le type d’extension le plus onéreux est l’extension par excavation. Il faut prendre en compte un grand nombre de contraintes, telles que l’isolation, le volume à creuser, et surtout le temps des travaux qui se trouve être bien supérieur aux autres extensions. Pour posséder un sous-sol, comptez entre 2000€ et 4000€ le m2.
extension-maison

Quels matériaux choisir ?

Une fois le type d’extension choisi, il est primordial de choisir le matériau qui correspondra le mieux à vos critères. En fonction de l’extension, de votre budget, et de plein d’autres facteurs, certains matériaux seront plus intéressants que d’autres. Les principaux matériaux utilisés sont :

Extension en bois

En plein essor dans un mouvement de développement durable, le bois se place en première position pour les extensions. Les caractéristiques principales du bois sont sa faible masse volumique, qui lui permet de ne créer qu’un faible impact sur la surface, mais aussi la possibilité de le moduler avec une grande facilité, permettent de laisser libre cours à votre imagination.

Le point négatif du bois reste tout de même sa durabilité qui nécessite un entretien régulier et méticuleux. Cette solution sera aussi parfaite pour une pose véranda ou de dépendance dans votre jardin.

Extension de maison en métal

Dans un style moderne, le métal reste très utilisé pour les extensions latérales ou horizontales. Si elle est préfabriquée, la structure métallique peut directement être déposée sur le chantier permettant des travaux d’une grande rapidité.
En matière d’isolation, le métal n’est pas très bon, il faudra donc prévoir une couche d’isolant si vous souhaitez une ossature métallique. Outre l’aspect technique, le prix du métal reste très onéreux.

Agrandissement de maison en brique, la solution solide et abordable

La fameuse brique est indétrônable en termes de nombre d’utilisation. Majoritaire sur la plupart des extensions, elle possède un grand nombre de qualité. La brique est solide, tient dans le temps, et possède un design qui traverse les époques. Le prix de la brique est très abordable, et la construction en brique ne nécessite quasiment aucun entretien.
Le défaut de la brique se situe dans son isolation qui peut laisser à désirer. Comme pour le métal, il vaut mieux utiliser une couche d’isolent ou doubler la brique pour vous assurer un intérieur bien isoler.

Extension de maison en parpaing

Possédant certainement le design le moins attractif, le parpaing est un matériau durable et solide. Particulièrement utilisé pour les extensions latérales et les dépendances, le parpaing est facile à mettre en œuvre, et résiste à tous types d’intempéries.

Son inconvénient majeur est son poids qui lui oblige souvent à devoir installer des fondations. La création de dépendance dans votre jardin à moindre coût répondra parfaitement a ce type matériau. Attention, le parpaing ne permet pas de laisser libre court à vos idée en terme d’architecture.

extension-maison-parpaing

Agrandir sa maison : que dit la loi ? Ai-je besoin d’un permis de construire ?

Les questions administratives concernant l’agrandissement d’une maison sont souvent la bête noire des propriétaires. En effet, différents critères rentrent en jeu, et il faut bien comprendre et appliquer les réglementations pour ne pas se retrouver avec un projet illégal, ou suspendu.

La loi ne sera pas la même si vous construisez une petite véranda en bois ou un grande pool house avec cuisine d’été dans votre jardin.

Les deux principales autorisations sont la Déclaration préalable de travaux, ainsi que le Permis de construire. Ces autorisations sont régies par le type du projet, la surface ou la localisation. Si vous êtes accompagné par un architecte, celui-ci sera en mesure de vous renseigner sur les différents texte de loi concernant les agrandissements de votre habitat.

1. Identifier si vous êtes dans un PLU ou non

Dans un premier temps, pour tout projet d’extension, il est important de connaître la fonction du PLU. C’est le Plan Local d’Urbanisme. Ce document indique les différentes règles régissant votre commune. On trouve par exemple des zones tels que la zone agricole (A), la zone urbaine (U) ou encore la zone naturelle (N).

Une fois que vous avez défini votre localisation, vous devez normalement savoir si oui non votre projet d’agrandissement de votre intérieur se situe en zone PLU ou non.

2. Définir votre surface d’agrandissement

Zone PLU

  • Pour un agrandissement de votre espace de vie d’une surface inférieure à 5 m2, vous n’avez besoin d’aucun document administratif.
  • De 5 à 40m2 vous avez seulement besoin de la Déclaration préalable de travaux.
  • Pour les travaux excédents les 40 m2, vous aurez besoin de la Déclaration préalable de travaux, mais aussi d’un Permis de construire.

Hors zone PLU

  • Pour un agrandissement de votre habitat d’une surface inférieure à 5 m2, vous n’avez besoin d’aucun document administratif que vous passiez par un architecte ou non.
  • De 5 à 20m2 vous avez seulement besoin de la Déclaration préalable de travaux.
  • Pour les travaux excédents les 20 m2, vous aurez besoin de la Déclaration préalable de travaux, mais aussi d’un Permis de construire.

Pour toutes les zones, il est obligatoire de faire appel à un architecte si la surface au sol totale de la maison atteint les 150m2 après travaux.