Comment gérer les charges locatives d’un logement ?

En tant que propriétaire d’un ou plusieurs logements destinés à la location, vous avez certainement des charges à régulariser de façon régulière : bien souvent, c’est une fois par an. Cependant, c’est quelque chose qui est parfois difficile à réaliser, de nombreux éléments entrent en compte. C’est pourquoi, il est important de s’organiser de la meilleure des façons, notamment en s’aidant d’outils divers, comme la pose d’un compteur d’eau froide. Bref, on vous explique tout.

Les charges que vous pouvez réclamer à votre locataire

Avant toute chose, il est important de savoir que les charges locatives sont strictement encadrées : vous n’avez pas le droit de réclamer n’importe quoi à vos locataires. N’attendons pas plus longtemps, voici la liste des charges que vous pouvez réclamer pour un logement vide :

  • Les coûts liés aux dépenses communes : électricité, entretien, révision d’un ascenseur (si présence d’ascenseur, bien entendu)
  • Eau froide et chaude si le circuit d’eau est commun à tous les logements
  • Électricité ou gaz, si le chauffage est commun à tous les logements
  • Taxe d’enlèvement des ordures ménagères
  • Redevance de l’assainissement
  • Taxe de balayage (si existante)

Pour récupérer toute ou partie de ces charges, vous avez plusieurs façons. La plus courante est d’avoir une provision mensuelle avec régularisation annuelle : tout le monde est alors satisfait. En effet, cela permet à votre locataire de lisser ces charges sur l’année, alors que vous, de votre côté, vous avez une avance sur les frais à dépenser en cours d’année.

Comment répartir les charges de la meilleure des façons

Avec toutes ces choses que vous devrez facturer à votre locataire, vous comprendrez rapidement qu’il faut le faire de la façon la plus précise. Par exemple, pour l’eau froide : installer des sous-compteurs d’eau permet de savoir qui consomme quoi, et il ne suffira ensuite que de diviser le coût de l’abonnement entre le nombre de logements. C’est à peu près le même fonctionnement pour le gaz (pour chauffer) où l’on est désormais dans l’obligation d’installer des compteurs individuels. Le plus souvent, un petit compteur est installé sur chacun des radiateurs.

Enfin, en ce qui concerne les différentes taxes que vous pourrez avoir, il suffit de diviser ces dernières par le nombre de logements dans l’immeuble. Par exemple, si vous n’avez qu’un seul logement loué, l’entièreté de la taxe revient au locataire présent. Pour terminer, si vous avez des réparations comme de l’électricité, à réaliser chez un locataire, vous ne pourrez pas toujours lui facturer : tout dépendra de la nature des choses à faire, et notamment de l’entretien qu’a le locataire sur votre bien.