Prix de l’immobilier à Paris

Prix de l’immobilier à Paris : l’état du marché par quartier

Si les prix immobiliers ont connu une légère baisse ces dernières années sur Paris, ils demeurent toutefois élevés. Avec des différences notables entre les appartements et les maisons, le prix au m² peut parfois atteindre des sommets. De ce fait, de nombreux facteurs influencent les prix immobiliers à Paris : la superficie, les différents types de biens, l’arrondissement ainsi que le quartier.

Il est donc nécessaire de bien se renseigner au préalable avant d’acheter un logement parisien sur le secteur que vous souhaitez privilégier. Afin de vous aider dans cette démarche, Aiga vous délivre dès à présent tout ce que vous devez savoir sur les quartiers parisiens.

L’immobilier parisien : bien se renseigner avant d’acheter

Aujourd’hui, acheter en région parisienne demande un réel budget d’achat. Capitale française, Paris est la ville où les prix de l’immobilier restent les plus élevés, mais également les plus sûrs et les plus rentables. Avec une demande locative qui demeure relativement forte, la région parisienne s’impose alors avec un rendement allant de 3 à 4 % par investissement locatif.

De ce fait, selon le type de bien, le secteur ainsi que le quartier que vous recherchez, les prix peuvent considérablement varier. Actuellement, il faut estimer 10 600 €/m² pour un appartement, et 11 600 €/m² pour une maison pour un achat immobilier en région parisienne.

Ces prix s’expliquent notamment par le fait que la majorité des biens, mis en vente sur Paris, sont essentiellement des appartements. Plus rares, les maisons sont donc plus demandées, avec des prix au m² plus élevés. De plus, il ne faut pas oublier que Paris est une ville très attractive qui accueille, chaque année, des milliers de touristes et d’étudiants.

Ces derniers permettent d’offrir à la métropole une économie dynamique ainsi qu’une situation touristique majeure au centre de l’Europe. Avec ces nombreux avantages, la quête des logements parisiens demeure compliquée avec des prix d’achat qui frôlent, pour la plupart, le million. On retrouve notamment ces disparités d’achat dans l’évolution des tarifs de certains quartiers qui ont récemment vu leurs prix baisser tandis que d’autres connaissent une progression continue.

Des prix qui ne cessent de varier

Autre facteur qui influence largement le prix de l’immobilier à Paris : le quartier, qui peut faire varier fortement les prix. En effet, après le premier confinement de 2020, le paysage de l’immobilier parisien s’est vu connaître de fortes variantes.

Une grande partie de la population parisienne s’est orientée dans la quête de logements plus grands avec un éventuel espace extérieur. De ce fait, Paris et l’Île-de-France ont vu le prix d’achat des appartements et des studios baisser tandis que le prix d’achat des maisons parisiennes et appartements avec terrasse n’a cessé d’augmenter.

acheter en région parisienne

Cependant, au premier semestre 2021, la reprise des ventes immobilières reprend pour une plus large catégorie de biens immobiliers qui, alimentée par la hausse des prix, voit la plupart des quartiers de la capitale repartir à la hausse une nouvelle fois. Aujourd’hui, acheter sur Paris est devenu un véritable investissement qui doit se baser sur les différentes périodes de l’année et de ses saisons pour obtenir des prix d’achat à la baisse.

Ainsi, pour un achat immobilier sur la capitale, il est essentiel d’analyser les différentes variations tarifaires du parc immobilier parisien. Que ce soit selon le type de bien, le quartier, l’arrondissement ou la rue, selon la période d’achat, vous ferez face à des prix plus ou moins hauts que les mois précédents.

Quels sont les prix des quartiers parisiens ?

Pour acheter sur Paris, sélectionner l’emplacement de votre futur bien immobilier est essentiel pour une future rentabilité locative liée à votre investissement. En effet, les quartiers éloignés des animations et des transports en commun ont un prix moins élevé et sont moins prisés par les locataires et les futurs acheteurs.

De ce fait, il vaut mieux cibler les quartiers les plus recherchés, là où la demande est forte. Ce sont ceux où l’on retrouve généralement des pôles d’activité, des gares routières ou encore une population jeune et principalement étudiante.

Les quartiers en hausse

Parmi les quartiers parisiens très prisés des locataires et des acheteurs, on retrouve des secteurs particulièrement appréciés par la population parisienne. Voici les quartiers en hausse sur Paris :

  • Le quartier Odéon : l’un des quartiers les plus chics de la capitale, cet arrondissement met en avant une population aisée avec des rues et une architecture au style baroque. Son prix au m² avoisine les 14 050 euros.
  • Le quartier Maison-Blanche : celui-ci se situe sur la rive gauche de Paris où l’on y retrouve notamment la gare d’Austerlitz. De plus, par la présence de l’université Paris Diderot et de la Bibliothèque nationale de France, ce quartier est très attractif pour les étudiants. Son prix au m² tourne autour des 9 489 euros.
  • ​Le quartier Charonne : ce dernier est l’un des quartiers les plus peuplés de la capitale. En effet, avec un taux de locataires s’orientant vers les 69 %, chiffre très au-dessus de la moyenne parisienne, il est très prisé par les familles avec une réelle qualité de vie. Un investissement immobilier locatif y sera alors particulièrement judicieux. Son prix au m² se rapproche des 10 590 euros.
  • Le quartier de Petit Montrouge : issu du 14ᵉ arrondissement, celui-ci dispose de nombreux avantages avec sa gare routière, avec la Tour Montparnasse à proximité ainsi qu’avec ses commerces en pleine expansion. On y retrouve aussi le parc Montsouris à deux pas, la cité universitaire internationale et de multiples infrastructures sportives. Son prix au m² s’oriente vers les 9 600 euros.

grande majorité des investisseurs parisiens

Les quartiers en baisse

Outre les quartiers en hausse, Paris connaît aussi son lot de quartier à la baisse. Avec un prix moyen généralement inférieur à 9 000 euros/m², ces quartiers sont les moins chers de la capitale française. Voici les quartiers en baisse sur Paris :

  • Le quartier Amérique : issu du 19ᵉ arrondissement, ce quartier connaît une attractivité en baisse depuis quelques années avec un fort exode de sa population vers des quartiers plus prisés. Son prix au m² avoisine les 8 270 euros.
  • Le quartier de La Chapelle : quartier parmi les moins chères de Paris, La Chapelle connaît, elle aussi, un véritable exode de sa population vers des secteurs de la capitale plus attractifs en termes de commerces et d’activités. Issu du 18ᵉ arrondissement, son prix au m² tourne autour des 8 430 euros.
  • Le quartier de Goutte-d’Or : situé à son tour dans le 18ᵉ arrondissement, c’est un quartier qui a vu une grande majorité de sa population se disperser au fil des années vers le quartier de Montmartre. Avec une légère augmentation sur les cinq dernières années, son prix au m² va jusqu’à 8 530 euros.
  • Le quartier de La Villette : parc culturel parisien, le quartier de la Villette étant essentiellement un lieu d’activités culturelles et sportives. On y trouve un faible taux de logements, car c’est une zone excentrée et ne possédant que peu de commerces qui est aujourd’hui indispensable à la vie en ville. Son prix au m² s’oriente vers les 8 720 euros.

Quel est le profil des acquéreurs parisiens ?

Aujourd’hui, une grande majorité des investisseurs parisiens sont issus de communes en dehors de la capitale. En effet, la plupart des fortunes françaises sont établies en campagne ou à l’étranger. De ce fait, nombreux sont les acquéreurs souhaitant acheter sur Paris dans l’objectif d’avoir un rendement locatif supplémentaire, ou pour avoir un pied-à-terre dans la capitale. On retrouve aussi une population urbaine, issue des classes moyennes, qui se lance dans l’achat d’un bien familial.

Généralement, ce sont des personnes qui connaissent des changements de vie importants comme un héritage, un divorce ou l’arrivée d’un nouvel enfant. Le marché de l’immobilier parisien continue ainsi de perpétrer ses tarifs, car les évènements de la vie courante, qui touchent les acteurs du marché immobilier, alimentent ce dernier avec toujours plus de nouveaux investisseurs.